El Desesper de la Vella (II)

[@more@] 


   La petita vella neulida es va sentir tota rejovenida veient aquest bonic infant a qui tothom li feia festes, a qui a tots volia plaure; aquest petit ser, tan fràgil com ella, la petita vella, i, com ella també, sense dents i sense cabells.    

     

   I s’apropà a ell, volent-li fer rialletes i posats agradables.     

         

   Però l’infant espantat es debatia sota les carícies de la bona dona decrèpita, i omplia la casa amb els seus xisclets.     

         

   Llavors la bona vella es retirà en la solitud eternal, i plorava en un racó, dient-se: “— Ah! per a nosaltres, malaurades velles femelles, l’edat d’agradar, fins i tot als innocents, ens ha passat; i horroritzem als petits infants que volem estimar!"



  Le désespoir de la vieille

     La petite vieille ratatinée se sentit toute réjouie en voyant ce joli enfant à qui chacun faisait fête, à qui tout le monde voulait plaire; ce joli être, si fragile comme elle, la petite vieille, et, comme elle aussi, sans dents et sans cheveux.
     Et elle s’approcha de lui, voulant lui faire des risettes et des mines agréables.
     Mais l’enfant épouvanté se débattait sous les caresses de la bonne femme décrépite, et remplissait la maison de ses glapissements.
     Alors la bonne vieille se retira dans sa solitude éternelle, et elle pleurait dans un coin, se disant: — Ah! pour nous, malheureuses vieilles femelles, l’âge est passé de plaire, même aux innocents; et nous faisons horreur aux petits enfants que nous voulons aimer!

         Charles Pierre Baudelaire



Aquesta entrada ha esta publicada en General. Afegeix a les adreces d'interès l'enllaç permanent.