Embriagueu-vos (XXXIII)

 [@more@] 


   Cal estar sempre embriac. Tot està aquí: és l’única qüestió. Per no sentir l’horrible càrrega del Temps que destrossa les vostres espatlles i us inclina cap a terra, cal que us embriagueu sense parar.   

    

   Però de què? De vi, de poesia o de virtut, al vostre gust. Però embriagueu-vos.     

    

   I si alguna vegada, sobre els graons d’un palau, sobre l’herba verda d’un fossat, en la solitud trista de la vostra cambra, us desperteu, l’embriaguesa ja disminuïda o desapareguda, demaneu al vent, a l’onada, a l’estrella, a l’ocell, al rellotge, a tot el que fuig, a tot el que gemega, a tot el que roda, a tot el que canta, a tot el que parla, demaneu-los quin hora és; i el vent, l’onada, l’estrella, l’ocell, el rellotge, us respondran: “És l’hora d’embriagar-se! Per no ésser els esclaus martiritzats del Temps, embriagueu-vos; embriagueu-vos sense parar! De vi, de poesia o de virtut, al vostre gust.”


Enivrez-vous

     Il faut être toujours ivre. Tout est là: c’est l’unique question. Pour ne pas sentir l’horrible fardeau du Temps qui brise vos épaules et vous penche vers la terre, il faut vous enivrer sans trêve.
     Mais de quoi? De vin, de poésie ou de vertu, à votre guise. Mais enivrez-vous.
     Et si quelquefois, sur les marches d’un palais, sur l’herbe verte d’un fossé, dans la solitude morne de votre chambre, vous vous réveillez, l’ivresse déjà diminuée ou disparue, demandez au vent, à la vague, à l’étoile, à l’oiseau, à l’horloge, à tout ce qui fuit, à tout ce qui gémit, à tout ce qui roule, à tout ce qui chante, à tout ce qui parle, demandez quelle heure il est; et le vent, la vague, l’étoile, l’oiseau, l’horloge, vous répondront: "Il est l’heure de s’enivrer! Pour n’être pas les esclaves martyrisés du Temps, enivrez-vous; enivrez-vous sans cesse! De vin, de poésie ou de vertu, à votre guise."

    Charles Pierre Baudelaire


 



Aquesta entrada ha esta publicada en General. Afegeix a les adreces d'interès l'enllaç permanent.