Ja! (XXXIV)

   [@more@]


   Cent vegades el sol ja havia brollat, radiant o entristit, d’aquesta tina immensa del mar de la qual les vores es deixen a penes apercebre; cent vegades s’havia tornar a submergir, resplendent o apesarat, dins del seu immens bany de la nit. Des de feia molts dies, podíem contemplar l’altre costat del firmament i desxifrar l’alfabet celeste de les antípodes. I cadascun dels passatgers gemia i grunyia. S’hagués dit que la proximitat de la terra exasperava el seu sofriment.    

    

   “Quan doncs, deien, cessarem de dormir un son sacsejat per l’onada, torbat per un vent que ronca més amunt que nosaltres? Quan podrem menjar carn que no estigui salada com l’element que ens porta? Quan podrem digerir en una butaca immòbil?”    

    

   N’hi havia que pensaven amb la seva llar, que enyoraven les seves dones infidels i malcarades, i la seva progenitura cridanera. Tots estaven tan embogits per la imatge de la terra absent, que haurien, crec jo, menjat herba amb més entusiasme que les bèsties.    

    

   Per fi, una riba fou advertida, i, apropant-nos-hi, veiérem que era una terra magnífica, enlluernadora. Semblava que les músiques de la vida se’n desprenien en un vague murmuri, i que d’aquestes costes, riques en verdures de tota mena, s’exhalava, fins a diversos llocs, una deliciosa olor de flors i de fruits.    

    

   Tot seguit tothom fou joiós, tothom abdicà del seu mal humor. Totes les querelles foren oblidades, totes les afrontes recíproques perdonades, els duels convinguts esborrats de la memòria, i les rancúnies s’envolaren com fumaroles.    

    

   Només jo estava trist, inconcebiblement trist. Semblant a un sacerdot a qui s’arrencava la divinitat, no podia, sense una desoladora amargura, separar-me d’aquest mar tan monstruosament seductor, d’aquest mar tan infinitament variat en la seva espantosa simplicitat, i que sembla contenir en ell i representar amb els seus jocs, les seves maneres, les seves còleres i els seus somriures, els humors, les agonies i els èxtasis de totes les ànimes que han viscut, que viuen i que viuran!    

    

   I dient adéu a aquesta incomparable bellesa, em sentia abatut fins a la mort; i és per què, quan cadascun dels meus companys digué: “Per fi!” jo no poguí més que cridar: “Ja!”   

                     

   Mentrestant era la terra, la terra amb els seus sorolls, les seves passions, les seves comoditats, les seves festes; era una terra rica i magnífica, plena de promeses, la que ens enviava un misteriós perfum de rosa i de mesc, i d’on les músiques de la vida ens arribaven en un amorós murmuri.     


Déjà

     Cent fois déjà le soleil avait jailli, radieux ou attristé, de cette cuve immense de la mer dont les bords ne se laissent qu’à peine apercevoir; cent fois il s’était replongé, étincelant ou morose, dans son immense bain du soir. Depuis nombre de jours, nous pouvions contempler l’autre côté du firmament et déchiffrer l’alphabet céleste des antipodes. Et chacun des passagers gémissait et grognait. On eût dit que l’approche de la terre exaspérait leur souffrance.
     "Quand donc, disaient-ils, cesserons-nous de dormir un sommeil secoué par la lame, troublé par un vent qui ronfle plus haut que nous? Quand pourrons-nous manger de la viande qui ne soit pas salée comme l’élément infâme qui nous porte? Quand pourrons-nous digérer dans un fauteuil immobile?"
     Il y en avait qui pensaient à leur foyer, qui regrettaient leurs femmes infidèles et maussades, et leur progéniture criarde. Tous étaient si affolés par l’image de la terre absente, qu’ils auraient, je crois, mangé de l’herbe avec plus d’enthousiasme que les bêtes.
     Enfin un rivage fut signalé; et nous vîmes, en approchant, que c’était une terre magnifique, éblouissante. Il semblait que les musiques de la vie s’en détachaient en un vague murmure, et que de ces côtes, riches en verdures de toute sorte, s’exhalait, jusqu’à plusieurs lieues, une délicieuse odeur de fleurs et de fruits.
     Aussitôt chacun fut joyeux, chacun abdiqua sa mauvaise humeur. Toutes les querelles furent oubliées, tous les torts réciproques pardonnés; les duels convenus furent rayés de la mémoire, et les rancunes s’envolèrent comme des fumées.
     Moi seul j’étais triste, inconcevablement triste. Semblable à un prêtre à qui on arracherait sa divinité, je ne pouvais, sans une navrante amertume, me détacher de cette mer si monstrueusement séduisante, de cette mer si infiniment variée dans son effrayante simplicité, et qui semble contenir en elle et représenter par ses jeux, ses allures, ses colères et ses sourires, les humeurs, les agonies et les extases de toutes les âmes qui ont vécu, qui vivent et qui vivront!
     En disant adieu à cette incomparable beauté, je me sentais abattu jusqu’à la mort; et c’est pourquoi, quand chacun de mes compagnons dit: "Enfin!" je ne pus crier que: "Déjà!"
     Cependant c’était la terre, la terre avec ses bruits, ses passions, ses commodités, ses fêtes; c’était une terre riche et magnifique, pleine de promesses, qui nous envoyait un mystérieux parfum de rose et de musc, et d’où les musiques de la vie nous arrivaient en un amoureux murmure.

    Charles Pierre Baudelaire



Aquesta entrada ha esta publicada en General. Afegeix a les adreces d'interès l'enllaç permanent.