Quina és la Verdadera? (XXXVIII)

[@more@]


   Jo he conegut una tal Benedicta, que emplenava l’atmosfera d’ideal, i de qui els ulls escampaven el desig de la grandor, de la bellesa, de la glòria i de tot el que fa creure en la immortalitat.    

    

   Però aquesta noia miraculosa era massa bella per viure molt de temps, per això és morta alguns dies després que l’hagués coneguda, i sóc jo mateix qui l’he enterrada, un dia que la primavera agitava els seu encenser fins als cementiris. Sóc jo qui l’he enterrada, ben tancada dins d’un taüt d’una fusta perfumada i incorruptible com els cofres de l’Índia.    

    

   I quan els meus ulls romanien fixats sobre el lloc on estava enterrat el meu tresor, veig súbitament una petita persona que s’assemblava singularment a la difunta, i que, picant de peus sobre la terra fresca amb una violència histèrica i estranya, deia petant-se de riure:    

    

   “Sóc jo, la verdadera Benedicta! Sóc jo, una famosa canalla! I com a càstig per la teva follia i el teu encegament, m’estimaràs tal com sóc!”    

    

  Però jo, furiós, he respost: “No! no! no! I per accentuar millor el meu refús, he picat tan violentament la terra amb el peu que la meva cama s’ha enfonsat fins al genoll dins la sepultura recent, i, com un llop pres a la trampa, he restat enganxat, per sempre potser, a la fossa de l’ideal.


Laquelle est la vraie?

     J’ai connu une certaine Bénédicta, qui remplissait l’atmosphère d’idéal, et dont les yeux répandaient le désir de la grandeur, de la beauté, de la gloire et de tout ce qui fait croire à l’immortalité.
     Mais cette fille miraculeuse était trop belle pour vivre longtemps, aussi est-elle morte quelques jours après que j’eus fait sa connaissance, et c’est moi-même qui l’ai enterrée, un jour que le printemps agitait son encensoir jusque dans les cimetières. C’est moi qui l’ai enterrée, bien close dans une bière d’un bois parfumé et incorruptible comme les coffres de l’Inde.
     Et comme mes yeux restaient fichés sur le lieu où était enfoui mon trésor, je vis subitement une petite personne qui ressemblait singulièrement à la défunte, et qui, piétinant sur la terre fraîche avec une violence hystérique et bizarre, disait en éclatant de rire:
     "C’est moi, la vraie Bénédicta! C’est moi, une fameuse canaille! Et pour la punition de ta folie et de ton aveuglement, tu m’aimeras telle que je suis!"
     Mais moi, furieux, j’ai répondu: "Non! non! non!" Et pour mieux accentuer mon refus, j’ai frappé si violemment la terre du pied que ma jambe s’est enfoncée jusqu’au genou dans la sépulture récente, et que, comme un loup pris au piège, je reste attaché, pour toujours peut-être, à la fosse de l’idéal.

     Charles Pierre Baudelaire


 



Aquesta entrada ha esta publicada en General. Afegeix a les adreces d'interès l'enllaç permanent.